Fin 2016, le Conseil d’Etat genevois publiait un rapport sur la pauvreté à Genève. Le constat – partagé par l’ensemble des acteurs du système social genevois – était que la précarité et ses conséquences sont en train de mettre progressivement à mal notre cohésion sociale. La situation est alarmante à plus d’un titre et les chiffres de ce rapport, qui corroborent d’autres études similaires, font état d’une précarisation durable d’une partie croissante de la population genevoise (1).

Grâce aux données du Revenu déterminant unifié (RDU), montant calculé sur la base du revenu et de la fortune pour déterminer le droit à une ou des prestations sociales, ce rapport montre que près de 50’000 personnes à Genève sont à risque de pauvreté. Si les prestations sociales n’existaient pas, 18’000 personnes supplémentaires seraient concernées.

Une situation qui se retrouve au niveau national. En 2016, environ une personne sur cinq n’avait pas les moyens de faire face à une dépense imprévue de 2500.-. Une personne sur dix ne pouvait pas s’offrir une semaine de vacances par année en dehors de son domicile. Et près de 7,5% de la population était touchée par un risque de pauvreté persistant, soit 615 000 personnes (2).

Cette pauvreté revêt plusieurs visages: un parent seul qui travaille, mais dont le revenu ne permet pas de boucler les fins de mois; un salarié qui perd son emploi et qui, à 50 ans, peine à réintégrer le marché du travail; une famille qui n’arrive plus à faire face à l’augmentation des primes maladies; un retraité au bénéficie d’une petite AVS, etc.

Ainsi, malgré l’existence en Suisse d’un système de sécurité sociale efficace, un nombre grandissant de personnes ne peuvent pas en bénéficier pour des questions de seuils, de non-accessibilité ou de méconnaissance. Et qu’hélas, l’action des Colis du Cœur est plus que jamais nécessaire.

(1) Contre-rapport sur la pauvreté à Genève – 10 axes pour un nouveau contrat social, Thierry Apothéloz, octobre 2017

(2) OFS, Enquête sur les revenus et les conditions de vie, septembre 2017